En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Centre de Recherche en Nutrition Humaine (CRNH) Ouest Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) Université de Nantes Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nantes Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l'Alimentation - Nantes Atlantique (ONIRIS) Association de gestion du Centre de Recherche sur Volontaires sains (ACRV) Logo partenaire

Centre de Recherche en Nutrition Humaine (CRNH) Ouest

La citrulline contre le retard de croissance intra-utérin ?

Placenta de rat (Sprague Dawley) au 21ème jour de gestation, coloré à HE (l'hématoxyline et l’éosine). La zone mesurée est le labyrinthe où se trouve le réseau capillaire placentaire.
© Inra, UMR PHAN
Son apport pendant la gestation améliore la croissance fœtale chez le rat.

Le retard de croissance intra-utérin (RCIU) est une pathologie fréquente de la grossesse qui touche près de 80 000 bébés par an en France, et se traduit par un petit poids de naissance. Dans la majorité des cas, il est lié à un mauvais fonctionnement du placenta qui n’assure pas de façon optimale les échanges nutritionnels entre la mère et l’enfant. Outre une grande susceptibilité du nouveau-né vis-à-vis de plusieurs maladies en période néonatale, le RCIU augmente également le risque de développer à l’âge adulte des maladies métaboliques telles que le diabète, l’hypertension, l’obésité. Or il n’existe à ce jour aucun traitement du RCIU.

L’UMR PHAN s’intéresse depuis plusieurs années à la citrulline, un acide aminé non essentiel et non incorporé dans les protéines, présent dans le sang à l’état normal. La citrulline est un précurseur de l’arginine, un autre acide aminé connu pour ses propriétés vasodilatatrices et donc susceptible de favoriser les échanges placentaires. Sur un modèle animal de RCIU induit par un régime maternel pauvre en protéines, l’UMR PHAN a montré qu’une supplémentation en citrulline pendant la gestation chez le rat augmente le poids des fœtus et stimule la synthèse protéique au niveau des muscles. Au cours de sa thèse, Nhat-Thang TRAN a étudié en détail les effets de la citrulline au niveau du placenta. Il a montré que la citrulline stimulait la fonction placentaire en agissant sur l’expression de plusieurs gènes. En particulier, la citrulline augmente l’expression du gène Igf2, codant un facteur de croissance jouant un rôle majeur dans la croissance fœtale et placentaire. La citrulline stimule également l’expression de gènes impliqués dans la vascularisation du placenta et dans le transport des acides aminés de la mère vers le fœtus.

Ces résultats ont permis de préciser que les effets bénéfiques de la citrulline sur la croissance fœtale pouvaient s’expliquer, du moins en partie, par une amélioration de la fonction placentaire. Les travaux menés dans l’UMR PHAN sur la citrulline permettent d’envisager des essais cliniques sur cet acide aminé dans le traitement ou la prévention d’anomalies placentaires aboutissant à un RCIU.

Partenaires : les travaux ont été réalisés dans le cadre de la thèse de Nhat-Thang TRAN au sein de l’UMR PHAN du centre Inra Angers-Nantes ou la direction de Dominique Darmaun et de Norbert Winer, chef du service de gynécologie obstétrique du CHU de Nantes.

Publication associée : Tran, N. T., Amarger, V., Bourdon, A., Misbert, E., Grit, I., Winer, N., & Darmaun, D. (2016). Maternal citrulline supplementation enhances placental function and fetal growth in a rat model of IUGR: involvement of insulin-like growth factor 2 and angiogenic factors. The journal of maternal-fetal & neonatal medicine, 1-6.
http://dx.doi.org/10.1080/14767058.2016.1229768